Skip to content

Littérature | La bête humaine d’Emile Zola

La bête humaine, 17ème roman de la série des Rougon-Macquart, est un très bon livre. Alliant réalité sociale de l’époque et relations humaines le lecteur est plongé dans un univers où la violence est une maladie. Inscrit dans le courant naturaliste, l’auteur analyse avec merveilles les comportements humains…

Dès le début de l’histoire, le spectateur est plongé dans la tête de Jacques Lantier, un homme qui prend du plaisir à tuer les autres. Pour repousser ces pulsions, il voyage avec sa locomotive qu’il considère comme sa femme. Lorsqu’il croise le regard de Séverine, tout n’est plus comme avant et il pense même que cette femme à le pouvoir de le guérir de ses pulsions meurtrières.

L’écriture de Zola est très belle, comme d’habitude. Il manie très bien les mots de la langue française. Le livre est plaisant à lire et le lecteur évolue au grès des mots de l’auteur. Zola arrive également à nous faire ressentir des tas de choses seulement avec quelques mots, c’est ça qui rend ce livre excellent. Le scénario est tout aussi travaillé et complet que l’écriture d’Emile Zola mais est des fois un peu long. Le lecteur ne s’attend pas du tout à la chute que lui réserve ce livre et le mène dans des situations surprenantes mais  toujours reliées entres-elles.

On peut clairement clamer que ce livre est un des classiques de la langue française qu’il faut au moins lire une fois dans sa vie. Malgré quelques longueurs, la virtuosité de la plume de Zola et l’histoire font de ce livre un des meilleurs de la série des Rougon-Macquart.

4/5

Logo Livraddict

Add Your Comment (Get a Gravatar)

Get a Gravatar! Your Name

Your email address will not be published. Les champs obligatoires sont indiqués avec *.

*

  • Projet B’n’co