Skip to content

En finir avec Eddy Bellegueule d’Edouard Louis – Un roman pour une fuite

J’avais beaucoup entendu parler de ce livre, qui avait fait grand bruit dans les médias. L’histoire d’un garçon, du moins un homme, qui avait vécu en Picardie et qui était parti, car on le rejetait à cause de son homosexualité, ces manières et ce qui allait avec. C’est donc avec ce peu de connaissance que je suis entré dans la vie d’Eddy Bellegueule, partageant avec lui ce qu’il voulait me raconter. J’ai trouvé dans ce livre une force incroyable qui émanait du style Edouard Louis (ex Eddy Bellegueule), une envie de faire comprendre, peut être des fois maladroitement, le combat qu’Eddy menait pour exister. Entre homosexualité et homophobie, Edouard Louis témoigne sur son ancienne vie, celle qu’il a décidé d’oublier. 

« De mon enfance je n’ai aucun souvenir heureux. Je ne veux pas dire que jamais, durant ces années, je n’ai éprouvé un sentiment de bonheur ou de joie. Simplement la souffrance est totalitaire : tout ce qui n’entre pas dans son système, elle le fait disparaître. » Voilà comment commence En finir avec Eddy Bellegueule. Style brutal et froid, direct et sans appel. Ce style en est pour beaucoup dans le succès de ce livre. Il allie ses mots, ceux qu’il a appris plus tard, à ceux de là-bas, ceux de la Picardie. C’est ce qu’il fait quand il nous montre les mots qu’emploie son père à son égard : « Il demandait à ma mère si j’étais un garçon, C’est un mec, oui ou merde ? Il pleure tout le temps, il a peur de mourir, c’est pas un vrai mec. Pourquoi ? Je l’ai pourtant pas élevé comme une fille, je l’ai élevé comme les autres garçons, bordel de merde ! » Cette force d’écriture et ce contraste troublant entre les dires d’Edouard et de ces parents font de ce livre un témoigne dur et authentique. Aussi, il décrit les enfants qui le frappaient, le harcelaient jadis à l’école le traitant de « Pédale, pédé, tantouze, enculé, tarlouze, pédale douce, baltringue […] » Grâce à cette double vision, il décrit sa Picardie natale, comment il vivait là-bas. Malgré un regard très critique sur son ancienne vie, il nous emporte dans son histoire. Ces descriptions, ces citations tout au long du livre, ces expressions qu’il a entendues nous rappellent toute la réalité et la dureté de cette histoire.

Ce qui m’a touché dans ce livre, ce n’est pas uniquement les attaques permanentes qu’à subit Eddy sur son homosexualité, sur ses manières mais c’est son vécu intérieur. Il raconte tout cela avec justesse, il nous livre son enfer pendant des années, à se transformer en quelqu’un d’autre, quelqu’un qu’il n’ai pas. Je trouve qu’il émane de ces passages une beauté dans la souffrance. Une vraie psychanalyse qui s’étend sur tout le livre. Même si elle n’est pas très présente lors de la première partie qui compte plus sa vie en Picardie, elle est bien plus présente dans la fin du roman.

Outre l’histoire qu’a vécue Edouard Louis, je crois que ce livre est un vrai écho à notre société d’aujourd’hui. Je ne pense pas qu’il ai écrit dans ce but (ce fut peut-être un but plus secondaire) mais il trouve une vraie résonance dans ce qui se passe aujourd’hui. Cette envie de la société d’enfermer les gens dans un moule, de les destiner à un avenir préconçu, de leur apprendre à être comme ci, comme ça. Il fait aussi écho aux personnes défavorisées vivant dans ces petites régions comme la Picardie. Edouard Louis décrit cette pauvreté au travers de sa mère et son père, ces deux plus beaux exemples parlant d’eux même sur la complexité de leurs psychologies et de ce qu’ils étaient. En oubliant son caractère de témoignage, ce roman aussi un roman sociologique.

Il y aurait tant à raconter sur ce livre, tant à décortiquer pour comprendre l’envie d’Edouard Louis décrire ce livre, son parcours intérieur et tout ce qui s’est passé pour lui. Mais une chose est sure, c’est ce que ce livre est un véritable témoignage sur quelqu’un qui n’a jamais correspondu au « moule » ou à cette idée préconçue que les gens ce font de nous. Ce livre est brutal, dur et froid comme l’hiver de Picardie (et je dirais même qu’il est osé et qu’il a été écrit avec force et courage). Edouard raconte dans ce livre sa fuite, donne les clés aux lecteurs pour comprendre son choix.

En finir avec Eddy Bellegueule (2014)
De Edouard Louis
Par Seuil

Add Your Comment (Get a Gravatar)

Get a Gravatar! Your Name

Your email address will not be published. Les champs obligatoires sont indiqués avec *.

*

  • Projet B’n’co