Skip to content

[Chronique – Film] Persepolis de Marjane Satrapi

   Téhéran 1978 : Marjane, huit ans, songe à l’avenir et se rêve en prophète sauvant le monde. Choyée par des parents modernes et cultivés, particulièrement liée à sa grand-mère, elle suit avec exaltation les évènements qui vont mener à la révolution et provoquer la chute du régime du Chah.
   Avec l’instauration de la République islamique débute le temps des « commissaires de la révolution » qui contrôlent tenues et comportements. Marjane qui doit porter le voile, se rêve désormais en révolutionnaire.
   Bientôt, la guerre contre l’Irak entraîne bombardements, privations, et disparitions de proches. La répression intérieure devient chaque jour plus sévère.
   Dans un contexte de plus en plus pénible, sa langue bien pendue et ses positions rebelles deviennent problématiques. Ses parents décident alors de l’envoyer en Autriche pour la protéger.
   A Vienne, Marjane vit à quatorze ans sa deuxième révolution : l’adolescence, la liberté, les vertiges de l’amour mais aussi l’exil, la solitude et la différence.

 

   C’est Marjane Satrapi et Vincent Paronnaud qui nous livrent ce dessin animé de qualité, Persepolis. Adapté de la BD dessinée et écrite par Marjane Satrapi, elle-même, Persepolis est bouleversant et très bien réalisé. Mené par les voix de plusieurs personnalités françaises, l’histoire de Marjane, surnommé Marji, prend tout son sens pour nous expliquer l’histoire d’une révolution, d’une guerre, d’une idéologie…

   Marjane, jeune fille de huit ans, essaye de comprendre tant bien que mal ce qui se passe dans son pays. Elle grandit dans ce climat de révolution contre le régime du Chah puis par la suite contre cette guerre dévastatrice qui va sévir entre l’Iran et Irak. Marjane est obligée de porter le voile et s’insurge contre cela avec l’aide de toute sa famille. Marjane, c’est une fille qui ne mâche pas ses mots : elle est directe et ses idées sont très éloignées de celle du régime en vigueur dans son pays.

   Au début du film, comme au début de la vie de Marjane, son regard est naïf sur les évènements  Par exemple, elle s’amuse à jouer à un jeu avec ses amis : celui qui perd…sera torturé. Elle ne comprend pas tellement ce qui se passe dans son pays, mais ça rend le film très émouvant et réaliste. J’ai apprécié ce côté naïf porté aux faits graves qui se passaient dans son pays. Mais, plus le film passe, plus son regard s’affine et plus elle comprend les enjeux de cette révolution. Naît alors la nouvelle Marji, une Marji révolutionnaire.

   L’humour dans ce film est en contraste avec les évènements graves. C’est excellent de voir avec quelle facilité Marjane Satrapi nous livre une histoire drôle sur fond de toile de guerre et de morts. Les graphismes sont vraiment excellents : simples, efficaces et en cohérence avec l’histoire.

   Finalement ce film est très beau. Sous fond de guerre, Marjane Satrapi nous livre en collaboration avec Vincent Paronnaud un film aux graphismes incroyables tiré de la BD qui a inspiré le film. L’humour contraste avec la mort, Marjane Satrapi, elle, contraste avec ceux qui ne disent rien !

ligne

   “C’était un super bon film, émouvant, qui traitait d’un sujet grave avec quelques notes d’humour malgrès certaines scènes très noires.” l’avis de Julia

Informations : Persepolis – Marjane Satrapi et Vincent Paronnaud – Les voix de Chiara Mastroianni, Catherine Deneuve, Danielle Darrieux… – 1h35min – Film français

Add Your Comment (Get a Gravatar)

Get a Gravatar! Your Name

Your email address will not be published. Les champs obligatoires sont indiqués avec *.

*

  • Projet B’n’co