Skip to content

[Chronique | Livre] Nos étoiles contraires de John Green

Couverture Nos étoiles contrairesHazel, 16 ans, est atteinte d’un cancer. Son dernier traitement semble avoir arrêté l’évolution de la maladie, mais elle se sait condamnée. Bien qu’elle s’y ennuie passablement, elle intègre un groupe de soutien, fréquenté par d’autres jeunes malades. C’est là qu’elle rencontre Augustus, un garçon en rémission, qui partage son humour et son goût de la littérature. Entre les deux adolescents, l’attirance est immédiate. Et malgré les réticences d’Hazel, qui a peur de s’impliquer dans une relation dont le temps est compté, leur histoire d’amour commence… les entraînant vite dans un projet un peu fou, ambitieux, drôle et surtout plein de vie

   

   Nos étoiles contraires, que c’est beau ! OK (ceux qui auront lu le livre comprendrons), on m’a dit à longueur de journée, quand j’ai dis que je lisais un livre sur le cancer : « Non, mais ça doit être trop triste ! » Et bien non, Nos étoiles contraires, c’est l’histoire écrite par John Green sur deux adolescent (qui ont le cancer, oui) qui s’aiment. John Green, tout au long de son livre, prend un recul inouïe à propos du cancer mais on se sent tellement proche des personnages… Un livre coup de cœur sur la vie, la mort, l’amour et tout ce qu’il y a autour.

   J’ai fait une plongé dans le livre Nos étoiles contraires avec beaucoup de méfiance : un coup de cœur de quasi tout les blogueurs de la blogosphère, un coup de cœur chez les américains aussi (Time Magazine a élu le livre meilleur roman de 2013) et un coup de cœur chez nos chers libraires français. Mais pourquoi un tel succès ?! On comprend vite, pour être franc, que dès qu’on commence les premières lignes du roman, on est happé. Happé par quoi ? Par les personnages bien sûr : Hazel et Augustus. Deux personnages complètement différents et ressemblants. Deux adolescents atteints du cancer qui se battent pour survivre. Deux personnages très travaillés qui nous emmènent loin dans leur tête pour nous en faire voir te toute les couleurs. Deux caractères différents qui nous font aimer l’histoire plus que j’aimais. Dans un deuxièmement temps, on est aussi happé par l’intrigue de l’histoire. Ce qui nous pousse à lire, encore, toujours, pour connaître la suite : pour savoir le sort final de nos deux héros. John Green a su trouver la bonne histoire pour nous en faire voir de toutes les couleurs. Mais, ce qui nous reste dans la tête de John Green, après avoir refermé le livre, c’est le style. Un style fluide mais incroyablement beau ! Ces phrases sont tellement belles…que je pourrais vous citer un millier de citation à la fin de cet article !

  En bref, Nos étoiles contraires, c’est le récit de deux adolescents qui s’aiment, deux adolescents qui se battent contre le cancer, deux adolescents qui sont pleins de joie de vivre, deux adolescents tellement beaux. Un roman sur deux personnages dont on se sent tellement proche, qui nous font rire et pleurer à la même seconde. Deux personnages que l’on oubliera jamais, même après avoir refermé le livre…car ils nous laissent au fond des yeux des poussières d’étoiles et d’amour.

Je suis tombée amoureuse pendant qu’il lisait, comme on s’endort : d’abord doucement et puis tout d’un coup. – John Green

Je suis amoureux de toi et je ne suis pas du genre à me refuser le plaisir de dire les choses vraies. Je suis amoureux de toi et je sais que l’amour n’est qu’un cri dans le vide, que l’oubli est inévitable, que nous sommes tous condamnés, qu’un jour viendra où tout ce qu’on a fait retournera à la poussière, je sais aussi que le soleil avalera la seule terre que nous aurons jamais et je suis amoureux de toi. – John Green

Je suis une grenade, ai-je répété. Je ne veux pas voir de gens. Je veux lire des livres, réfléchir et être avec vous, parce que vous, je ne peux pas faire autrement que de vous faire du mal, vous êtes déjà dedans jusqu’au cou. Alors laissez-moi faire ce que je veux. Je ne fais pas une dépression. Je n’ai pas besoin de sortir. Et je ne peux pas être une ado normale parce que je suis une grenade. – John Green

J’avais consacré le plus clair de ma vie à m’efforcer de ne pas pleurer devant les gens qui m’aimaient, je savais donc ce qu’Augustus était en train de faire. Vous serrez les dents, vous relevez la tête, vous vous dites que, s’ils vous voient pleurer, ils vont avoir mal, et que vous ne serez jamais rien d’autre que de la tristesse dans leur vie. Et, comme vous ne voulez pas qu’ils vous résument à de la tristesse, vous ne pleurez pas, vous vous dites tout ça dans votre tête en regardant le plafond, puis vous déglutissez un grand coup, même si votre gorge s’y oppose, et vous regardez la personne qui vous aime en souriant. – John Green

 Voir aussi les chroniques de Naminé, Tom, Thaly, Cassy et Audrey et Lena.

ligne

Merci à l’attachée de presse de Nathan Jeunesse pour ce superbe livre. Ce livre fait parti du Challenge Jeunesse/YA.

Informations : Nos étoiles contraires – John Green – Nathan Jeunesse – Février 2013 – 16,50€ – 323 pages – Jeunesse Romance

2 Comments (Add Yours)

  1. Une bien jolie chronique ! Moi aussi, quand j’ai dit que je lisais un livre sur deux personnes qui ont le cancer, on m’a regardée d’un drôle d’air 🙂 Mais c’est une histoire tellement belle ! Moi qui n’ait pas aimé mon premier John Green (le théorème des Katherine), je suis réconciliée avec l’auteur !

    • Ah, c’est vrai, on nous prend pour des fous de lire ça !
      Moi aussi, c’était une vraie déception ce premier livre -Le théorème des Katerine- (malgré la fin, qui peut être tenait la route)…là, j’ai complètement adoré !
      Merci d’avoir lu ma chronique Naminé !

Add Your Comment (Get a Gravatar)

Get a Gravatar! Your Name

Your email address will not be published. Les champs obligatoires sont indiqués avec *.

*

  • Projet B’n’co